17 mai 2017

Noire Mer - Interview de son auteur





http://blog.nats-editions.com/2017/04/noire-mer-interview-de-son-auteur_3.html
Noire Mer

Un cataclysme a dévasté le royaume insulaire d'Isulgaar. 
Quarante-quatre années plus tard, le Nord de l’île rayonne grâce à son nouveau roi orchestrant l’alliance entre locaux et exilés, alors que le Sud se reconstruit suite à l’investiture d’anciens pillards. Entre eux, le centre de l’île se développe avec l’exploitation de la tourbe.
 Tandis qu’au Sud, de mystérieux navigateurs aux motivations obscures accostent, au Nord se trame une machination diabolique dans une seigneurie côtière. Mais ni le Nord ni le Sud ne se doutent que les visions de mer noire du prince héritier pourraient révéler l’avenir d’Isulgaar… ou plutôt sa disparition.

Parution le 5 juin 2017
ISBN : 978-3-95858-136-4
e-ISBN : 978-395858-137-1
Envie de le lire ? Rendez-vous sur la boutique en ligne

Salut Nicolas ! 
Peux-tu nous présenter l'univers des Chroniques d'Isulgaar ? 
Il s’agit d’un univers ancré dans un contexte médiéval, à la fois sombre et réaliste. Réaliste, car l’action est portée par des personnages humains. Il y a bien sûr des éléments fantastiques (magie, créatures, etc.), mais ils sont en trame de fond plutôt que sur le devant de la scène. Et sombre, car l’ambiance est noire et souvent oppressante. Les combats et autres scènes violentes sont décrits dans le détail, parfois proche de l’horreur. Enfin, comme je suis breton, j’aime bien tout ce qui est contes et légendes, donc j’ai pris soin d’intégrer un folklore assez riche dans l’univers d’Isulgaar. 

Noire Neige est donc le premier tome, peux-tu nous dire comment il est né ? 
Le point de départ de Noire Neige, ainsi que de ma carrière d’auteur par extension, fut mon groupe de musique Sinlust. En effet, notre premier album, Snow Black, était un concept album : les paroles de chaque morceau relataient en quelque sorte le chapitre d’une histoire complète, basée sur le concept de neige noire. Cette idée de neige noire m’est venue alors que nous donnions des noms provisoires aux morceaux, car nous travaillons toujours l'instrumental d'abord ; les paroles viennent en dernier. L'un d'entre eux était lent et très black metal, je l'avais alors provisoirement nommé « Slow Black ». Ce qui, en changeant une lettre, donne... vous avez deviné. J'étais très content d'avoir trouvé ce concept de neige noire car, en fouillant sur internet, je me suis vite rendu compte que cette idée n'avait pas été exploitée jusqu'alors, ou très peu. De là, nous avons imaginé une histoire dans un contexte médiéval où apparaîtrait cette neige noire. Après l’enregistrement de Snow Black, je me suis dit qu’il serait intéressant de coucher proprement cette histoire par écrit… Ainsi est né Noire Neige. Après, l'histoire de Snow Black n'était que l'embryon de Noire Neige, dont je me suis chargé de la rédaction à 100%. En effet, le récit de Snow Black tenait sur quatre pages et ne faisait intervenir que trois personnages en tout et pour tout. J'ai parcouru beaucoup de chemin pour arriver à un roman de quatre cents pages : il m'a fallu près d'un an et demi pour l'achever. 

Est-ce que Noire Mer a suivi le même chemin ? 
Eh bien… on va dire que oui et non ! Oui, car, de même que Noire Neige raconte l’histoire de Snow Black, mon second roman Noire Mer relate celle de notre deuxième album, Sea Black, qui vient d’ailleurs d’être signé chez un label français pour une distribution internationale dans les bacs. La date de sortie de Sea Black est fixée au 28 avril 2017. Et non, car, contrairement à Noire Neige qui fut écrit deux ans après la sortie de Snow Black, Noire Mer fut rédigé en même temps que j’écrivais les paroles de Sea Black. Les deux œuvres s’avèrent donc d’autant plus liées. 

Continues-tu ton aventure avec Sinlust en parallèle à l'écriture ? 
Bien sûr, ces deux projets sont presque indissociables de mon point de vue. Ils s’enrichissent mutuellement, se complètent. On peut considérer que Sinlust est la bande originale de mes romans, ou que mes romans découlent de l’univers de Sinlust. 

Pour en revenir aux romans, les deux tomes sont très violents et leur lecture est même déconseillée aux moins de dix-huit ans et aux âmes sensibles ! Pourquoi tant de ces scènes ? 
La réponse est simple : c’est inhérent au genre, à savoir la dark fantasy. Les amateurs de Game of Thrones, par exemple, sauront très bien de quoi je parle ! Après, ces scènes ne sont jamais là pour faire « joli » (ou, plutôt, « moche »…), elles sont toujours issues du développement de l’histoire, et des choix souvent lourds de conséquences que font les personnages, qui se retrouvent dépassés par les événements. Une façon de montrer l’impuissance de l’homme face à sa propre folie, en quelque sorte. Par contre, de mon point de vue, la limite d’âge reste relative, car à aucun moment le roman ne sombre dans la vulgarité, de même que les scènes scabreuses sont décrites de manière assez imagée. Pour situer le niveau, je dirai que c’est, encore une fois, très comparable aux romans du Trône de Fer, ou à du Stephen King. Des personnes adultes très sensibles auront sans doute du mal avec certaines scènes, de même que des adolescents de quinze/seize ans suffisamment matures ne seront pas spécialement choqués. 

As-tu d'autres projets d'écriture ou est-ce que ta carrière musicale va prendre le dessus pendant quelque temps ? 
Pour l’instant, je vais me concentrer sur la promotion de Sea Black et de Noire Mer. Il y a beaucoup de travail, pour l’un comme pour l’autre. Si la réception des lecteurs et auditeurs est bonne, je ne vois aucune raison pour laquelle cette aventure s’arrêterait… que ce soit son aspect musical ou littéraire.

Merci ! :)


Et pour en savoir plus sur Nicolas, rendez-vous sur sa fiche auteur ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire