17 mai 2017

Noire Mer - Interview de son auteur





http://blog.nats-editions.com/2017/04/noire-mer-interview-de-son-auteur_3.html
Noire Mer

Un cataclysme a dévasté le royaume insulaire d'Isulgaar. 
Quarante-quatre années plus tard, le Nord de l’île rayonne grâce à son nouveau roi orchestrant l’alliance entre locaux et exilés, alors que le Sud se reconstruit suite à l’investiture d’anciens pillards. Entre eux, le centre de l’île se développe avec l’exploitation de la tourbe.
 Tandis qu’au Sud, de mystérieux navigateurs aux motivations obscures accostent, au Nord se trame une machination diabolique dans une seigneurie côtière. Mais ni le Nord ni le Sud ne se doutent que les visions de mer noire du prince héritier pourraient révéler l’avenir d’Isulgaar… ou plutôt sa disparition.

Parution le 5 juin 2017
ISBN : 978-3-95858-136-4
e-ISBN : 978-395858-137-1
Envie de le lire ? Rendez-vous sur la boutique en ligne

Salut Nicolas ! 
Peux-tu nous présenter l'univers des Chroniques d'Isulgaar ? 
Il s’agit d’un univers ancré dans un contexte médiéval, à la fois sombre et réaliste. Réaliste, car l’action est portée par des personnages humains. Il y a bien sûr des éléments fantastiques (magie, créatures, etc.), mais ils sont en trame de fond plutôt que sur le devant de la scène. Et sombre, car l’ambiance est noire et souvent oppressante. Les combats et autres scènes violentes sont décrits dans le détail, parfois proche de l’horreur. Enfin, comme je suis breton, j’aime bien tout ce qui est contes et légendes, donc j’ai pris soin d’intégrer un folklore assez riche dans l’univers d’Isulgaar. 

Noire Neige est donc le premier tome, peux-tu nous dire comment il est né ? 
Le point de départ de Noire Neige, ainsi que de ma carrière d’auteur par extension, fut mon groupe de musique Sinlust. En effet, notre premier album, Snow Black, était un concept album : les paroles de chaque morceau relataient en quelque sorte le chapitre d’une histoire complète, basée sur le concept de neige noire. Cette idée de neige noire m’est venue alors que nous donnions des noms provisoires aux morceaux, car nous travaillons toujours l'instrumental d'abord ; les paroles viennent en dernier. L'un d'entre eux était lent et très black metal, je l'avais alors provisoirement nommé « Slow Black ». Ce qui, en changeant une lettre, donne... vous avez deviné. J'étais très content d'avoir trouvé ce concept de neige noire car, en fouillant sur internet, je me suis vite rendu compte que cette idée n'avait pas été exploitée jusqu'alors, ou très peu. De là, nous avons imaginé une histoire dans un contexte médiéval où apparaîtrait cette neige noire. Après l’enregistrement de Snow Black, je me suis dit qu’il serait intéressant de coucher proprement cette histoire par écrit… Ainsi est né Noire Neige. Après, l'histoire de Snow Black n'était que l'embryon de Noire Neige, dont je me suis chargé de la rédaction à 100%. En effet, le récit de Snow Black tenait sur quatre pages et ne faisait intervenir que trois personnages en tout et pour tout. J'ai parcouru beaucoup de chemin pour arriver à un roman de quatre cents pages : il m'a fallu près d'un an et demi pour l'achever. 

Est-ce que Noire Mer a suivi le même chemin ? 
Eh bien… on va dire que oui et non ! Oui, car, de même que Noire Neige raconte l’histoire de Snow Black, mon second roman Noire Mer relate celle de notre deuxième album, Sea Black, qui vient d’ailleurs d’être signé chez un label français pour une distribution internationale dans les bacs. La date de sortie de Sea Black est fixée au 28 avril 2017. Et non, car, contrairement à Noire Neige qui fut écrit deux ans après la sortie de Snow Black, Noire Mer fut rédigé en même temps que j’écrivais les paroles de Sea Black. Les deux œuvres s’avèrent donc d’autant plus liées. 

Continues-tu ton aventure avec Sinlust en parallèle à l'écriture ? 
Bien sûr, ces deux projets sont presque indissociables de mon point de vue. Ils s’enrichissent mutuellement, se complètent. On peut considérer que Sinlust est la bande originale de mes romans, ou que mes romans découlent de l’univers de Sinlust. 

Pour en revenir aux romans, les deux tomes sont très violents et leur lecture est même déconseillée aux moins de dix-huit ans et aux âmes sensibles ! Pourquoi tant de ces scènes ? 
La réponse est simple : c’est inhérent au genre, à savoir la dark fantasy. Les amateurs de Game of Thrones, par exemple, sauront très bien de quoi je parle ! Après, ces scènes ne sont jamais là pour faire « joli » (ou, plutôt, « moche »…), elles sont toujours issues du développement de l’histoire, et des choix souvent lourds de conséquences que font les personnages, qui se retrouvent dépassés par les événements. Une façon de montrer l’impuissance de l’homme face à sa propre folie, en quelque sorte. Par contre, de mon point de vue, la limite d’âge reste relative, car à aucun moment le roman ne sombre dans la vulgarité, de même que les scènes scabreuses sont décrites de manière assez imagée. Pour situer le niveau, je dirai que c’est, encore une fois, très comparable aux romans du Trône de Fer, ou à du Stephen King. Des personnes adultes très sensibles auront sans doute du mal avec certaines scènes, de même que des adolescents de quinze/seize ans suffisamment matures ne seront pas spécialement choqués. 

As-tu d'autres projets d'écriture ou est-ce que ta carrière musicale va prendre le dessus pendant quelque temps ? 
Pour l’instant, je vais me concentrer sur la promotion de Sea Black et de Noire Mer. Il y a beaucoup de travail, pour l’un comme pour l’autre. Si la réception des lecteurs et auditeurs est bonne, je ne vois aucune raison pour laquelle cette aventure s’arrêterait… que ce soit son aspect musical ou littéraire.

Merci ! :)


Et pour en savoir plus sur Nicolas, rendez-vous sur sa fiche auteur ici

11 mai 2017

Charlie à l'école avec Sonia Bessone et Jean Caraglio





http://blog.nats-editions.com/2017/05/charlie-lecole-avec-sonia-bessone-et.html

Charlie et la Chose de la nuit

Charlie, c’est une petite grenade à malice dans une robe à fleurs, des éclats de rire et des vagues de bonheur. Charlie, c’est deux petites barrettes sur la tête, dans un monde en fête.
Les grands disent qu’il faut aller à l’école, les grands disent qu’il ne faut pas avoir peur, les grands disent que Charlie est grande…
Mais les grands ne savent pas que la nuit peut être terrifiante quand on a une imagination débordante.
Charlie, elle, sait. 
Elle sait que dans son monde, il y a dix mille façons de lutter contre ses peurs et qu’avec des amis, on est forcément plus fort.


Parution le 12 avril 2015
ISBN : 978-3-95858-111-1
Envie de le lire ? Rendez-vous sur la boutique en ligne



Comme vous l'avez (re)découvert il y a peu, il arrive que nos auteurs interviennent en milieu scolaire. Fin avril, c'étaient Sonia Bessone et Jean Caraglio qui s'y collaient, dans pas moins de deux écoles en région parisienne !
Mais concrètement, qu'y ont-ils fait ?
Découvrons cela avec une petite interview de Sonia et Jean !

Bonjour, Sonia et Jean ! 
Avant tout, un petit rappel : vous êtes les auteurs de Charlie et la Chose de la Nuit, un joli conte paru le 12 avril 2015. Pouvez-vous nous le (re)présenter ? 
SB : Charlie, c’est l’histoire d’une petite fille dotée d’une imagination débordante, qui tente de lutter contre ses peurs nocturnes… à sa manière. C’est Jean qui est à l’origine de ce projet et, un jour, il m’a demandé si je voulais bien écrire l’histoire de cette petite héroïne qu’il avait créée. Et j’ai accepté avec grand plaisir.
JC : Oui, voilà, c’est exactement ça, j’avais fait quelques illustrations pour une histoire que j’avais en tête, mais j’étais incapable d’écrire le texte. Après avoir lu « L’échappée » de Sonia, je me suis dit que, si je pouvais avoir un texte aussi bien que son roman pour Charlie, ce serait génial. Du coup, je lui ai envoyé un email surprise avec les dessins, et tout est parti de là. Au final, elle a écrit bien plus de choses que prévu et inventé des tas de trucs, de quoi faire de nouveaux dessins.



Depuis, Charlie a connu de nouvelles aventures, notamment auprès d’écoliers de la région parisienne ! Après une première intervention l’année dernière, vous étiez présents, le lundi 24 avril 2017, dans pas moins de deux écoles ! Vous nous racontez ? 
SB : Le lundi 24 avril a été une journée très enrichissante… et bien remplie. Le matin, nous étions dans une école du Val d’Oise, dans une classe de CP/Ce1. Nous avons répondu à leurs questions, Jean leur a fait un petit cours de dessin, et nous avons terminé la matinée avec une petite séance de dédicaces. Et l’après-midi, cela se passait dans une école d’Asnières (92), où nous étions déjà intervenus l’année dernière. Pour deux classes de Ce2, cette fois.
JC : Une journée épuisante, mais vraiment enrichissante et rafraîchissante ! Ça nous a fait énormément plaisir de voir que les élèves étaient vraiment entrés dans l’histoire et posaient des questions super sérieuses, que ce soit sur le texte ou les dessins. C’est assez rassurant, en fait. 





Comment ont réagi les enfants ? Ont-ils montré un réel intérêt pour l’histoire de Charlie et/ou pour vos animations ? 
SB : Oh oui ! Les enfants ont montré beaucoup d’intérêt et d’enthousiasme. Et ça fait chaud au cœur ! Les questions ne s’arrêtaient plus. Et le cours de dessin de Jean a eu son petit succès.
JC : (Désolé pour ceux qui n’ont pas lu le livre, c’est du spoil, ne lisez pas la réponse.) Les enfants ont été super, toutes ces questions et cette bonne humeur donnent envie de faire de nouvelles histoires, avec le chat ! C’est une question qui est revenue souvent : est-ce que le chat reste ?

Nous pouvons voir de jolis « Fanarts » réalisés par les enfants sur les photos… La relève est-elle assurée ? ;) 
SB : Ils ont été réalisés par la classe de CP/Ce1, et sont vraiment magnifiques. Ceux des classes de Ce2 n’ont rien à leur envier. Nous avons dédicacé des cartes « Charlie » superbes. Et je pense que oui, la relève est assurée, et j’espère que des vocations sont nées.
JC : Oui, oui, il y a de quoi faire avec les idées qu’ils ont eues. Certaines sont vraiment géniales, dont le fameux « Pipoul » ou même le « Panpard », voilà un croquis du Pipoul basé sur celui d’un élève. 





Sonia est connue pour sa grande timidité, et pourtant la voilà en train de faire des interventions auprès de jeunes lecteurs ! :) Sonia, pas trop stressée ? Jean, est-ce qu’il a fallu la tirer par les cheveux ? ;) 
SB : J’étais beaucoup moins stressée que l’année dernière. Cette année, je savais à peu près à quoi m’attendre, et je savais à l’avance que cette rencontre avec les enfants serait un très bon moment. Ils sont tellement spontanés, chaleureux, généreux, curieux… C’est même une chance de pouvoir échanger avec eux. Cependant, Jean a essayé de me faire passer au tableau pour dessiner Charlie, mais il n’a pas réussi ! Un jour, peut-être…
JC : Eh non, Sonia s’est comportée comme une « poissone » dans l’eau ! La prochaine fois, elle passe au tableau hahahaha !



Avez-vous d’autres interventions prévues ? 
SB : Pas pour cette année, en tout cas. L’année prochaine, peut-être, si on arrive à organiser ça, mais rien de planifié pour le moment. En tout cas, ce serait avec plaisir de renouveler cette expérience.
JC : Ça demande pas mal d’organisation, mais oui, si on peut revenir l’année prochaine, ce sera avec un très grand plaisir !




Et d’autres projets ensemble ? 
SB : Oui ! Jean vient de me proposer son projet « Regina Fever ». Il faut que je me mette à l’écriture. Je préfère le laisser en parler, mais je dévoilerai juste que les illustrations sont vraiment sublimes. Et peut-être, un jour, quelques histoires de Charlie.
JC : Oui, Regina Fever, j’ai hâte de lire et de voir tout ce qu’elle pourra imaginer sur les illustrations et surtout tout ce qu’elle va ajouter, ce qui me permettra par la suite de faire de nouvelles illustrations. Une collaboration idéale !



Merci beaucoup pour vos réponses ! :)


Et pour en savoir plus sur Sonia, rendez-vous sur sa fiche auteur ici

8 mai 2017

Oh non, pas une fille ! - Interview avec ses auteurs





http://blog.nats-editions.com/2017/04/oh-non-pas-une-fille-interview-avec-ses.html
Oh non, pas une fille !

C'est l'été : Grégor, Romain et Raphaël sont en vacances au bord de la mer.
 Mais cette année leurs parents ont une grande nouvelle a leur annoncer, la famille va s'agrandir!
Et la fratrie de trois garçons va devoir accueillir… une fille ?

Parution le 29 mai 2017
ISBN : 978-3-95858-155-5
e-ISBN : 978-395858-156-2
Envie de le lire ? Rendez-vous sur la boutique en ligne


Bonjour ! 

Après Boule de neige et Atchoum, nous retrouvons les frères Grégor, Romain et Raphaël pour de nouvelles aventures ! Béatrice, pourquoi reprendre les mêmes personnages ? 
BRL : Disons que ce sont des personnages qui me sont vraiment très chers et vraiment très proches ? En réalité, ces trois prénoms sont ceux de mes propres enfants, et j’adore leur concocter de nouvelles aventures virtuelles (pour les réelles, ils n’ont pas besoin de moi, croyez-moi !).

Que va-t-il leur arriver dans Oh non, pas une fille ! ? 
BRL : La petite famille va passer de « nombreuse » à « très nombreuse » puisque leur maman attend un heureux événement. De là, les garçons vont se demander s’ils ont envie d’avoir un petit frère, une petite sœur... ou si, en fait, ils n’auraient pas préféré un nouveau vélo ! Yvan, retrouves-tu ces frères avec le même plaisir ?
YP : Ah oui, et je les connais bien maintenant ! Avec chacun leur caractère propre… Et dans ce tome, on pourra aussi rencontrer leur père, qui s’était fait discret jusqu’ici !

Nous avons donc eu Boule de neige en hiver, Atchoum au printemps et Oh non, pas une fille ! en été… Peut-on espérer une quatrième aventure en automne ? 
BRL : Ce n’est pas impossible...
YP : Mais oui, j’espère bien ! Je crois que Béatrice regorge d’idées et que cela ne devrait plus tarder !
Merci !! :)

Pour en savoir plus sur son auteure, rendez-vous sur la page de Béatrice