7 févr. 2016

Salon Fantastique de Paris

http://blog.nats-editions.com/2016/02/salon-fantastique-de-paris.html


Du 26 au 28 février 2016, se tiendra la 4ème édition du Salon Fantastique de Paris. 

Pour la seconde fois, l'équipe de Nats Éditions sera présente.

Et cette fois, c'est pas moins de onze auteurs et illustrateurs qui vous accompagneront durant ces trois jours de salon.

Merci de lire avec attention le planning de présence suivant : 

Vendredi 

Liliana Di Pietro – 14h - 19h
Abdelkader Lhakkouri – 11h - 16 h 
David Royer 
Sophie G. Winner –  14h - 19h

Samedi 

Sonia Bessone 
Hina Corel –13h - 19h
Liliana Di Pietro – de 12h à 17h 
Sarah "The Blackmailer" Mesloub – 17h à 19h 
David Royer 
Nicolas Skinner 
Sophie G. Winner – 11h - 17h 
Malice Zambaux – 17h à 19h 

Dimanche 

Hina Corel – 11h à 15h 
Cyane 
Lucille H. James – 11h à 14h 
David Royer 
Nicolas Skinner
Sonia Bessone
Malice Zambaux – 12h à 14h 

Si rien n’est indiqué à côté des noms des auteurs, c’est qu’ils sont présents sur le stand toute la journée.

Voici un tableau de présence que vous pourrez imprimer afin de vous aider.


Notre stand commun avec notre partenaire Étherval se situera dans le quartier Leviathan, rue Charybde !


5 févr. 2016

Questions / réponses avec les auteurs - Serémange

http://blog.nats-editions.com/2016/02/jimagine-que-les-auteurs-de-bd-ont-un.html

À l'occasion du salon du livre et de la BD de Serémange qui aura lieu ce dimanche,
vous avez pu poser vos questions à nos auteurs.

Nathalie (éditrice et auteur) et Wanch Tran (auteur et illustrateur) y répondent. 


- J'imagine que les auteurs de BD ont un don de départ, mais ont-ils appris à le développer et si oui comment ?

Wanch : À mon avis, il ne faut pas confondre deux choses : la BD et le dessin. Pour moi, il ne faut pas forcément être un excellent dessinateur pour pouvoir faire de la BD. On trouve d'ailleurs pas mal de BD où le dessin n'est pas "poussé" et parfois même très simpliste, car la priorité est surtout de raconter. Et il ne faut pas forcément que le dessin soit virtuose pour que la narration soit bonne et que le message passe.
Après, dans les deux cas, pour le dessin ou la BD, qu'on soit doué ou non au départ, un apprentissage est nécessaire. Il y a des codes à apprendre et du chemin à faire. Et là, il n'y a pas de recette. Ça peut se faire en passant par une école, en bossant en atelier avec d'autres personnes plus expérimentées ou tout simplement en autodidacte. En tout cas, autant pour le dessin que pour la BD, l'évolution ne s'arrête jamais, on peut toujours évoluer et constamment apprendre. Et ce n'est qu'en faisant qu'on apprend le mieux.


- Comment travaillent les auteurs de BD ? Ont-ils une idée de scénario de base qu'ils illustrent ou ont-ils en tête des personnages bien précis auxquels ils font vivre des aventures?

Nathalie : Cela dépend vraiment des auteurs, je suppose que chacun a sa méthode... Qu´est-ce que tu en penses, Wanch ?

Wanch : Oui, pareil que Nathalie, je pense qu'il n'y a pas de règle. L'idée de départ peut venir de n'importe quoi. Une situation, une ambiance, un personnage, une image, un concept. Bref, un détonateur qui va donner envie de développer et de raconter. En soi, avoir une idée n'est finalement pas bien difficile, c'est surtout quand il faut en faire une histoire qui se tient que les choses se compliquent. :)


- Imaginons que je souhaite écrire une BD comment faire pour arriver à la faire éditer?

Nathalie : Il faut déjà poser plusieurs théories : est-ce que vous écrivez seulement le scénario ? Est-ce que vous n´êtes que le dessinateur ? Ou les 2 à la fois ? Et souhaitez-vous être édité par une maison d´édition ou vous auto éditer ? Par facilité, nous allons prendre l´hypothèse la plus courante : vous n´êtes que le scénariste et vous souhaitez être édité par une maison d´édition. 
La première étape serait de trouver un dessinateur avec qui vous vous comprenez bien : il dessine fidèlement le scénario (ou du moins, respecte bien son esprit, à défaut du découpage exact) et son style vous convient. Après quelques essais et pour ne pas "prendre son temps" au cas où la BD ne trouverait pas d´éditeur, il convient de monter un dossier d´édition : un dossier qui comprend généralement couverture, pitch, scénario complet, présentation des personnages principaux, quelques planches (couleurs et/ou noir & blanc), présentations des auteurs et dessinateurs. C´est avec ce dossier que vous allez "vendre" votre BD aux maisons d´édition. 
Repérez ensuite les maisons d´édition (ME) dont la ligne éditoriale correspond à votre titre et si elle est ouverte aux nouvelles soumissions... Par exemple, ne pas proposer une BD jeunesse à Fluide Glacial ou à une ME dont il est spécifiquement écrit sur son site que les soumissions sont fermées. Ce serait mort d´avance. 
Ensuite, envoyez votre dossier par émail ou courrier selon la préférence affichée de la ME puis... armez-vous de patience ! La BD doit souvent passer en comité de lecture donc cela peut prendre plusieurs semaines à plusieurs mois et généralement, au plus la ME est grande et renommée, au plus les temps de réponse sont longs... Si le projet est retenu, l´éditeur vous laissera alors le temps de dessiner la BD dans son intégralité après vous avoir fait signer un contrat d´édition.  

- Quelles sont les règles de base en BD, les erreurs à ne pas commettre?

Wanch : Houla, question vaste ça ! :-) Pour rejoindre ce que je disais dans une réponse plus haut, en BD il y a des codes à respecter. La base de ces codes tient surtout à l'efficacité de la narration. Celle-ci doit toujours faire référence à la perception du lecteur. Par exemple, si vous utilisez des références que le lecteur ne pourra pas comprendre, votre narration ne fonctionnera pas. 
Ce n'est pas évident à expliquer par écrit, mais pour donner un exemple simple, je pense que le visage des personnages et surtout ses expressions sont un point majeur qu'un dessinateur doit apprendre à maîtriser. On doit pouvoir comprendre très vite quelle est l'émotion du personnage en un seul regard. Et pour justement donner une erreur à ne pas commettre, je trouve qu'il n'y a rien de pire que de lire une BD où tous les personnages semblent tous avoir toujours la même expression impassible quelque soit leur émotion. 
Un autre point à maîtriser est le sens du rythme. Il faut pouvoir imposer le rythme du récit au lecteur et cela sans qu'il ressente que ça lui soit imposé. :) Sans entrer dans les détails, là aussi il faut gérer des codes dictés par diverses choses comme la taille ou la forme des cases, le sens de la lecture, les ellipses, etc. Il y a encore la gestion de l'équilibre entre texte et dessin. 
L'erreur souvent commise est la redondance du texte qui dit exactement ce que montre l'image. J'ai tendance à croire, mais ça n'engage que moi, que quand on réussit à faire passer sa narration avec le moins de texte possible et donc que l'idée passe un maximum ou complètement par l'image, on est proche de la narration parfaite. On peut rêver ! :) 
Et je pourrais encore citer pas mal de points, mais il faudrait que j'écrive un bouquin et comme je suis déjà occupé à faire une BD, ça ne va pas le faire ! :) 


Merci à vous deux d'avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions :-) 

Vous pourrez retrouver Nathalie, Wanch et bien d'autres auteurs 

A très vite pour une nouvelle cession de questions/ réponses !