6 déc. 2016

Oreilles en déroute T2 - Interview de ses auteurs





http://blog.nats-editions.com/2016/12/oreilles-en-deroute-t2-interview-de-ses.html
Oreilles en déroute - Tome 2

La bande d’oreilles cassées et bioniques revient, renforcée d’un nouveau personnage : Lucas...
Et une fois de plus, ils vous prouvent qu’être sourd ou malentendant a parfois des avantages...
Et que savoir signer ou lire sur les lèvres, c’est carrément cool !

Natalie Sieber & Sergio Yolfa, avec l’aide du YouTuber Lucas Wild, s’appliquent à dédramatiser le handicap en mettant en scène le quotidien de sourds et malentendants, appareillés ou implantés, ainsi que de leurs proches.


Sortie le 12 décembre 2016
14€
Pour vous le procurer, rendez-vous ici.



Aujourd’hui, on se retrouve pour interviewer les auteurs de "Oreilles en déroute 2", qui sort prochainement chez Nats. Et, une fois n’est pas coutume, c’est un trio qui va répondre aux questions !

* Bonjour à tous les trois, tout d’abord, pouvez-vous vous présenter et nous parler de cette BD, nous dire qui a fait quoi sur ce projet ? 

Nat : Bonjour ! Je suis Natalie, la scénariste de la BD. Enfin, je ne sais pas si le mot « scénariste » est vraiment approprié, car toutes les planches sont inspirées de faits réels ! Il s´agit donc plutôt d´une adaptation de ces faits, vécus par des connaissances ou par moi-même… 

Sergio : Salut ! Je suis Sergio Yolfa, le dessinateur des Oreilles 2. Après The Gutter, Nat m’a demandé si je voulais illustrer la suite de sa série en y ajoutant ma petite touche personnelle, j’ai accepté avec plaisir et je me suis régalé à faire cette BD ! 

Lucas : Je m’appelle Lucas, je suis le youtubeur sourd (je suis aussi auteur du tumblr, JESUISSOURD). Sur mes vidéos, je signe (dans certaines vidéos, je parle aussi), mais toujours avec des sous-titres pour l'accessibilité à tout le monde. 


* Pourquoi la présence de Lucas sur ce volume ? Comment s’est passée « la rencontre » ? 

Nat : Un jour, j´ai lu un article sur le Tumblr de Lucas et j´ai adoré. C´était pendant la préparation du Tome 2 et je cherchais à y inclure des références à la LSF (Langue des Signes Française), mais comme je ne signe pas et que je ne connaissais personne qui signait vraiment, j´étais un peu bloquée. Ce Tumblr (lien ici) comporte pas mal d´anecdotes liées à la LSF donc j´ai demandé à Lucas s´il était d´accord pour que j´en adapte en planches… Je l´ai donc contacté, et il est ainsi devenu co-auteur et consultant en LSF ! ☺ 

Sergio : Pour ma part, je ne connaissais pas Lucas, ni ses vidéos, mais je trouve que c’est un gros plus pour la BD, grâce à lui j’ai appris quelques signes en plus !

Lucas : Pour la “rencontre”, ça s’est bien passé :) Comme Nat l’a dit, c’est elle qui m’a proposé de participer au projet. J’ai dit oui avec grand plaisir ! Mes expériences, que j’ai partagées sur mon tumblr et ma chaîne Youtube, ce n’est pas que pour moi, donc je suis ravi que Nat se soit inspirée de mes histoires :) 


* La collaboration entre vous trois a-t-elle été compliquée ? Trois personnes, trois avis différents, ça ne doit pas être facile pour se mettre toujours d’accord, non ? 

Nat : En fait, c´était assez facile : j´écrivais les planches, Sergio les illustrait et me les renvoyait juste « crayonnées » pour que je vérifie que tout soit ok, et Lucas en faisait de même s´il y avait son personnage. S´il y avait un détail à revoir, par exemple un signe à corriger, on le signalait à Sergio qui faisait la modif. Et, comme on est trois joyeux lurons, tout s´est passé dans une très bonne ambiance, je trouve ! 

Sergio : C’est vrai, ça s’est passé à merveille, j’avais pas mal de liberté en ce qui concerne la mise en page et l’apport humoristique que je pouvais apporter. Une fois mes dessins finis, j’attendais impatiemment les colorisations de Nat, et là aussi on s’est bien entendu. 

Lucas : Non, pas compliqué. Mon rôle pour la BD est moins important, mais quand ils me montrent les planches de BD où je suis, je vérifie si ça me va. Ce qu’ils font, ça me va très bien ! Après, comme Nat a dit, il y a certaines erreurs pour les signes, donc je suis là pour corriger ça :) 


* Question pour Sergio, étant parfaitement entendant, as-tu réalisé certaines choses en illustrant cette BD ? 

Sergio : J’avoue que je ne connaissais rien du monde des malentendants, mais cette BD m’a fait prendre conscience que ça devait pas être facile tous les jours ! En partant de faits réels et sur un ton plutôt humoristique, Nat montre les inconvénients mais aussi les avantages d'être sourd au quotidien. 


* Pour finir, avez-vous d’autres projets en commun ? 

Nat : Pas pour l´instant, mais si ce Tome 2 marche bien, pourquoi pas en prévoir un 3e ! ;) 

Sergio : Moi, je serais partant, je suis sûr que Nat et Lucas ont encore pleins d'anecdotes croustillantes ! 

Lucas : Je ne sais pas s’ils veulent encore de moi pour le 3ème. Mais ça serait bien qu’ils trouvent quelqu’un d’autre qui me “remplace” avec ses histoires. J’aime bien voir les différents témoignages. 


 Merci à tous et à très vite avec de nouvelles histoires d'Oreilles en déroute !

22 nov. 2016

Dédicaces de Décembre

http://blog.nats-editions.com/2016/11/dedicaces-de-decembre.html


Du 1 au 6 décembre 


  

  


Du 7 au 13 décembre 
 
 


Du 14 au 20 décembre 


 



Du 21 au 30 décembre



10 nov. 2016

Perles de jeunes de Provence - Interview de son auteur





http://blog.nats-editions.com/2016/10/perles-de-jeunes-de-provence-interview.html
Perles de jeunes de Provence

Ah ! La sécurité du lycée, où même la NSA ne peut accéder à vos échanges téléphoniques ! Vous vous croyez à l´abri des complots, mais, pourtant, discrètement, un prof récolte vos perles...

Et les Perles de jeunes de Provence, c'est un peu comme les "perles du Bac", mais sur toute l'année, et avec l'accent !

Sortie le 21 novembre

10€

ISBN n°978-3-95858-117-3


Bonjour Antoine, avant de commencer, peux-tu te présenter ? Nous en dire un peu plus sur toi, ton parcours, ton métier… 
Bonjour, et enchanté. Je m’appelle Antoine Voulgaris, je suis né et j’ai grandi dans les bouches du Rhône. Professeur de français et d’histoire/géographie, j’approche de la quarantaine. Après des études de lettres, j’ai préparé le concours de professeur des écoles. 

À cette époque, comme beaucoup, je bossais en tant qu’assistant d’éducation en école primaire puis en collège. J’animais aussi des ateliers d’écriture dans différents établissements. C’est à cette période que j’ai réalisé que j’avais un meilleur feeling avec les ados pour l’enseignement. J’ai trouvé un poste à temps partiel de professeur vacataire en CFA puis en lycée professionnel. Ça m’a plu. Je suis resté dans cette voie. 

Parle-nous un peu de ton livre. Pourquoi l’avoir écrit ? 
Au départ, je racontais ces anecdotes, ces « perles » à mes proches. J’en postais de temps en temps aussi sur les réseaux sociaux. On ne cessait de me dire qu’il fallait que je les fasse publier. Je ne l’envisageais pas. Pour moi, ça leur plaisait car ils me connaissent. Je ne pensais pas que cela puisse intéresser quelqu’un hors de mon cercle d’amis. Puis j’ai fini par les proposer à Nats Éditions, et ça l’a fait. J’en ai été le premier surpris. 

Les jeunes qui t’ont aidé (involontairement) à faire ce livre, sont-ils au courant de la publication du texte ? 
Non, pas du tout. J’ai voulu conserver l’anonymat pour tous. Les prénoms ont été modifiés, aucun établissement n’est cité. J’ai volontairement brouillé les pistes. Je m’explique là-dessus dans le préambule du bouquin. 

J’insiste aussi sur le fait que ces « perles » ne sont pas représentatives de ce qui peut se passer en classe. C’est une lecture de détente à prendre avec légèreté, donc, forcément, les commentaires pertinents n’y avaient pas leur place. Ça me paraît important de le préciser. 

Quelle est ta perle préférée ? Pourquoi ? 
Oula ! Il y en a plein ! Une « perle » préférée… je ne sais pas. La dernière est touchante et conclut bien le livre, mais je préfère laisser la surprise. 

Là, tout de suite, il me vient à l’esprit ce qu’un élève m’a sorti à propos des statues, pendant la visite d’un musée antique, et qui est bien caractéristique de la spontanéité dont ils peuvent faire preuve : 
– Oh, vous avez vu, monsieur, les Romains, ils se coupaient le nez à la naissance ! 
– Non, ce sont simplement les statues qui sont abîmées... 



Te reste-t-il encore des perles à publier pour un volume 2 ? 
Oh, oui ! Plein ! D’ailleurs, ça a été dur de faire un tri… mais j’ai gardé les meilleures, si tome 2 il y a.

26 oct. 2016

Salon : Mon's Livre

http://blog.nats-editions.com/2016/07/salon-mons-livre.html

Les 26 et 27 novembre 2016, les auteurs de Nats Editions seront à Mons (en Belgique)
pour la nouvelle édition de Mon's Livre.

Ils vous accueilleront sur notre stand de 10h à 18h durant les deux jours.

 Seront présents cette année :

- Enel Tismaé (seulement le samedi)
 

- Wanch Tran (seulement le dimanche)
 In Bloom 


Vous pourrez également y rencontrer :

l'auteur et illustrateur Ben D. qui exposera quelques unes de ses planches
et l'auteur Lune de chez notre partenaire Etherval

Nous serons au stand 113, très proche de l'entrée. Voici le plan du salon
pour nous localiser :


Pour nous rejoindre, rendez-vous au 

Lotto Mons Expo 
Avenue Abel Dubois 
7000 Mons - Belgique 

de 10h à 18h, entrée libre.

Plus d'info sur le site officiel : Mon's Livre 2016

21 oct. 2016

Salon du Livre de Francfort 2016


Bonjour !

Aujourd'hui,nous vous proposons de partager avec nous une journée particulière : notre première visite du Salon international du Livre de Francfort, en Allemagne. 

Avant tout, il est peut-être utile de préciser une différence notable avec la majorité des salons français : en Allemagne, les salons sont vus comme une vitrine publicitaire. On y expose des nouveautés, y noue des contacts avec des partenaires, rencontre des auteurs mais... on n'y vend pas de livres ! 

 Celui de Francfort a une autre particularité : les trois premiers jours sont réservés aux professionnels du livre, qui viennent faire leur marché... Ils y vendent/achètent des droits d'œuvres étrangères en vue d'une traduction, découvrent de nouveaux services (logiciels, imprimeurs...) ou des nouveautés ('y ai vu le prochain Lucky Luke, La Terre promise ! :) ). 

 Quel intérêt d'y aller, donc, pour une petite maison comme Nats Editions ? Avant tout pour satisfaire une insatiable curiosité, mais aussi pour essayer de nouer de nouveaux contacts avec des librairies... Manque de pot, il n'y avait pas de libraires à Francfort (du moins pas chez les exposants), mais la journée valait quand même le déplacement ! 

 Voici un petit compte-rendu de la journée par notre éditrice, Natalie... ;) 


 Afin d'éviter les insupportables embouteillages à l'entrée de Francfort, les 80 km jusqu'à la mégapole se font en train... L'arrivée en gare se fait sous une légère pluie.


Je prévois de rejoindre le centre de congrès à pied (10 minutes), mais, à la sortie de la gare, je me vois proposer une navette gratuite... en vélo-taxi ! Comme je n'ai jamais pris ce moyen de transport et que je sais que le monsieur n'aura pas à pédaler bien loin (et que ma curiosité est une fois encore titillée), j'accepte volontiers !


Me voici arrivée au Temple au centre de congrès où se tient cette nouvelle édition du Salon de Francfort.


On ne le dirait pas sur cette photo, mais cet endroit est énorme ! Cinq « Halle » de deux ou trois étages, plus de cinq mille exposants, je vous avoue de suite que je ne suis pas allée tous les voir !




Je commence par un RDV pro avec un imprimeur espagnol, en vue de l'impression de nos BD, dont nous cherchons à améliorer la qualité... Le courant passe bien, j'attends mon devis ! ;)

Je trouve ensuite la partie française, mais j'abrège très vite mon petit tour pour cause de... visite de Manuel Valls, qui bloque tout le passage avec sa troupe...
Tant pis, je repasserai !




J'en profite pour faire un petit tour dans la partie anglophone...



Au passage, je découvre des plateaux TV des chaînes nationales allemandes ARD/ZDF/Eins (un peu comme France Télévision en France)




Après un petit passage dans la « Halle » présentant les produits informatiques...


... il est temps de s'accorder une pause déjeuner dans la cour intérieure, sans oublier de goûter les délicieux Bordeaux rosé et rouge ! Ils ne vendaient malheureusement pas de bouteilles sur place (malédiction !), mais j'ai soigneusement noté les références sur le prospectus (on ne se refait pas) !


L'occasion aussi de voir la « tente de lecture »...


... des concepts sympas...



...de manger thaï en se rendant compte qu'on vient de louper la conférence de Kindle...


... de voir un auteur (Wolf Biermann) signer son autobiographie...


... et d'envier la queue qui se forme à son stand !

 Et enfin, je me rends dans la redoutée « Halle 4 » où les éditeurs allemands se démènent pour nous en mettre plus la vue que leurs voisins (et concurrents)... C'est là qu'on a le plus l'impression d'être au Disneyland du Livre...


J'en profite pour faire coucou à l'équipe de BoD, notre diffuseur.
Rendez-vous est pris pour l'édition de l'année prochaine, où la France sera à l'honneur !


Bilan de la journée : quelques contacts intéressants (Institut français, imprimeur, tuyaux pour contacter les librairies suisses, belges et québécoises), de nombreuses tentations livresques (finalement, c'est vraiment bien qu'on ne puisse pas y acheter de livres, ma carte bleue exprime sa gratitude ! ) et surtout, une grande leçon de philosophie :


« En cas de doute, servez-vous un verre de vin ! ».