11 août 2016

Nos auteurs interviennent dans les écoles


http://blog.nats-editions.com/2016/08/nos-auteurs-interviennent-dans-les.html

Aujourd'hui, un article un peu spécial pour vous parler de nos auteurs qui collaborent et interviennent dans les écoles afin de présenter le métier d'auteur et/ou d'illustrateur. 

Plusieurs se sont prêtés à l'exercice : Élodie Costet, Enel Tismaé, Sonia Bessone, Sophie G. Winner, Valérie Vittenet, Jean Caraglio, pour ne citer qu’eux. Ils prennent ainsi sur leurs temps libres pour rencontrer les enfants, le tout bénévolement bien sûr, s'enrichissant seulement des sourires qu'ils reçoivent. 

C'est alors l'occasion pour les enfants (petits et/ou grands, en fonction du lectorat visé par l'auteur) de découvrir comment on fait un livre. Comment, à partir d'une petite idée, on parvient à créer une histoire complète. Ils peuvent également poser toutes leurs questions sur le métier d'auteur et le monde (un peu obscur pour eux) de l'édition. Qui fait quoi, comment ça marche ?… 

Les enfants sont vraiment curieux quant à ce métier inconnu. Cela leur semble souvent incroyable d'avoir un auteur (ou un illustrateur) — un vrai, qui a fait des livres — juste devant eux, et ils sont bien souvent émerveillés, voire intimidés. 

Nos auteurs ont donc à cœur de s'investir pour la prochaine génération et l'un d'eux se prête très souvent au jeu. Il s'agit de Cyane, l'auteur de Les enfants de Calliope. 

Ce roman est une œuvre d’anticipation sociale qui, à travers les aventures d’une jeune héroïne, vise à imaginer quelles seront les problématiques nouvelles de l’humanité dans sept siècles, en tenant compte que chaque progrès dans un domaine influence celui des autres domaines. 

Le monde qui y est dépeint donne matière à soulever de nombreux débats : est-ce mieux ou est-ce moins bien ? De par sa critique sociale constructive, Les Enfants de Calliope a été ajouté à la liste des lectures recommandées par l’Éducation Nationale pour les collégiens de 3e. 

Grâce à ceci, bon nombre d'élèves ont ainsi pu découvrir ce roman, mais aussi recevoir dans leur classe Cyane, qui prend toujours un grand plaisir à partager avec eux. Et c’est encore le cas avec cette année scolaire qui va commencer. 

Cyane participera en effet à un webinaire le 5 septembre prochain au Lycée International Nelson Mandela de Nantes. Il s’y voit convié par Mme Marie-Hélène Fasquel, professeure d’anglais. 

Avec son aide, Les Enfants de Calliope va ainsi être traduit en résumé pour les besoins d'un projet universitaire anglais. Les résumés seront ensuite transmis à James McKay, qui s’en inspirera pour la création d’un roman graphique. 

Le projet de James McKay est de créer un « graphic novel » qui peindra notre monde dans 150 ans en s’appuyant sur les idées les plus positives et les plus constructives en matière de transport, d’urbanisme, d’architecture, d’énergie, de mode de vie, etc. Les enfants de Calliope se trouve donc être un parfait sujet d’étude. 

Nous sommes très fiers de cette opportunité pour Cyane et son œuvre. Il nous tarde de voir tout ceci prendre forme. Félicitations, Cyane.

15 juin 2016

Hina Corel - L’interview




http://blog.nats-editions.com/2016/06/hina-corel-linterview.html
Sa prochaine parution : Helia Meldyn - Tome 2 : La conspiration du désert.

Date de sortie : 27 Juin 2016

Résumé : La Magie est libérée. Alors que la population doit apprendre à vivre avec au quotidien, Helia Meldyn explore ses nouveaux pouvoirs et entame son apprentissage des dimensions. Mais une organisation criminelle semble vouloir s'emparer de son Narak, le collier qui lui permet de maîtriser les vents. Avec l'aide de ses amis, Helia doit déjouer les complots de ses ennemis, tandis que la guerre s'étend de plus en plus. Mais leur plus grand défi sera peut-être de surmonter les nombreux secrets qui se révèleront à eux... et qui changeront le cours de leur vie !

Où l’acheter : sur la boutique de Nats Editions ici




Questions sur l’auteur


* En quelques mots, peux-tu te présenter ?
Bonjour à toi. Je suis une auteure de 26 ans, et j’écris sous le nom de plume Hina Corel. Mes histoires sont toujours issues des littératures de l’imaginaire. J’ai quatre romans publiés dans diverses maisons d’édition à ce jour, et la Conspiration du Désert sera le cinquième. J’ai aussi des petites nouvelles à tout petit prix en numérique.

* Fais-nous rêver, parle-nous de ta vie d’auteur. Ce que représente l’écriture pour toi, ce que veut dire « être auteur », comment tu t’organises dans ton travail pour construire une histoire…
L’écriture m’aide à m’évader, à vivre, à travers mes personnages, dans des mondes merveilleux ou dangereux ! On rêve tous d’être le héros d’un grand film d’aventures un jour et l’écriture permet, un peu, de vivre cette expérience. C’est aussi distrayant que regarder un film ou lire un livre, finalement. Une fois que je suis plongée dans l’écriture, on ne m’en sort que difficilement ! Être auteur, c’est écrire et avoir été publié, pour moi. Pas besoin d’avoir vendu dix mille exemplaires pour être auteur. Posséder un livre fraîchement imprimé dans ses mains, avec son nom de plume dessus, c’est ça être auteur.
* Peux-tu nous parler un peu de ton parcours littéraire ? Comment as-tu commencé à écrire ? Dis-nous tout.
J’ai commencé à écrire au lycée, en dehors des cours principalement, mais aussi pendant les rédactions de français où je laissais libre cours à mon inspiration. J’ai d’abord écrit de petites nouvelles puis, assez naturellement, je me suis lancée dans l’écriture de Helia Meldyn sans trop savoir où j’allais. Je voulais juste écrire de la fantasy, raconter une histoire. Et plus j’écrivais, plus j’aimais ça. Après avoir terminé la saga Helia Meldyn, j’ai voulu tester d’autres genres et notamment le fantastique (Ânkh) et l’anticipation (La Course, Eldorado). Un vrai plaisir !

* Où trouves-tu l'inspiration ?
Dans les livres, les films, les séries TV, notre monde. Je m’inspire de tout ce qui m’entoure, en fait, les idées me viennent naturellement, même si, parfois, elles prennent du temps à se développer. Je prends des notes pour ne pas oublier aussi, car il peut se passer de nombreux mois entre la préparation du scénario du roman et l’écriture. Prendre son temps est aussi très important pour éviter les plagiats et développer quelque chose d’original. J’ai horreur des copier/coller, quand j’ai une idée après avoir lu un roman, par exemple, je me l’approprie, je la modifie, je la personnalise. Et ce travail nécessite du temps.

La carte du monde d'Helia dessinée par Hina

* Combien de temps mets-tu pour écrire un roman en moyenne ?
Je ne suis pas du genre à écrire tous les jours une petite heure. Je sais que pas mal d’auteurs travaillent ainsi, mais, pour ma part, je n’y parviens pas. Quand mon scénario est prêt et que mes personnages sont esquissés, j’entame alors l’écriture du roman. J’écris plusieurs heures par jour en général, c’est pour cela que je préfère attendre les vacances pour écrire. Il me faut environ un mois pour écrire le premier jet d’un roman. Mais c’est un mois très intensif ! Quand je commence une histoire, il m’est difficile de la lâcher. J’ai besoin de continuer à écrire jusqu’à poser le point final. Je ne reviens jamais en arrière aussi. Si une tournure de phrase ne me plaît pas, tant pis, j’avance quand même. Il s’agit du premier jet, j’aurais bien le temps de peaufiner mon histoire après !

* As-tu des « tics » d’écriture ? 
J’aime beaucoup écouter des musiques d’ambiance, de films, lorsque j’écris. Bien souvent, j’essaie de choisir une musique qui correspond à l’atmosphère de la scène que j’écris, ça m’aide à me plonger dans l’histoire. Et puis j’ai toujours un stylo et des feuilles à côté de moi, même si j’écris directement sur ordinateur. J’ai besoin de pouvoir écrire les idées qui me viennent, de dessiner rapidement quelques personnages en attendant de retrouver l’inspiration pour écrire une scène précise. Mes doigts ne peuvent pas rester immobiles, en fait !

* Si tu devais conseiller une personne qui voudrait se lancer dans l’écriture, que lui dirais-tu ? 
De prendre son temps, de peaufiner son histoire autant que possible pour ne pas faire la copie d’un roman existant. L’écriture est un long processus et il faut savoir le respecter. Si tout le monde est capable d’écrire, tout le monde n’est pas capable d’écrire une histoire. Mais le plus important, c’est de prendre plaisir à écrire, sinon autant faire autre chose. Je conseille aussi de relire plusieurs fois son roman, de le travailler encore et encore, de faire appel à des bêtas lecteurs pour chasser toutes les fautes d’orthographe. Les manuscrits où l’auteur conjugue mal un verbe sur deux atterrissent directement dans la poubelle. Je sais de quoi je parle, j’ai fait partie de comités de lecture.
Helia Meldyn Haden Wenha

* Et si tu nous parlais de tes autres projets ? Sur quoi travailles-tu en ce moment ? 
Je n’ai pas de nouveau projet d’écriture pour le moment. Il faut dire que j’ai profité du temps libre que j’avais quand j’étais étudiante pour écrire et que, maintenant, avec un travail, c’est beaucoup plus compliqué ! Je me concentre donc sur les corrections de mes futures publications, ce qui prend déjà beaucoup de temps !

* Les auteurs ont tous peur du fameux « syndrome de la page blanche ». Y as-tu déjà fait face ? 
Oui ! Je dirais même à chaque fois. Quand je n’arrive pas à écrire pendant plus de cinq minutes, je laisse mon manuscrit de côté et je vais faire autre chose. L’inspiration reviendra forcément, il faut juste attendre le bon moment et ça ne sert à rien de se forcer à écrire. Souvent, mes premiers tournures de phrase ne me plaisent pas, mais je continue, je ne reviens pas en arrière sur un premier jet, sinon je serai toujours à la première page de Helia Meldyn mdr !

* Qu’est-ce qui te terrifie le plus dans le métier d’auteur ? 
Pas grand-chose. Je fais ça pour le plaisir et pour rien d’autres. Bien sûr, j’ai peur des avis négatifs des lecteurs, car j’ai envie de leur proposer un roman qu’ils apprécieront. J’ai envie qu’ils aiment les personnages que j’ai créés, qu’ils s’y attachent comme moi et qu’ils s’évadent. 



Questions sur ses livres / son univers


 * Que dirais-tu à quelqu'un qui n'a pas lu ton livre pour lui donner envie de le lire ? 
Si vous voulez une lecture qui ne ressemble à aucune autre, un moment à vous seul dans un monde où tout est possible, alors Helia Meldyn n’attend que vous. Une lecture fluide, addictive et sans prise de tête.

http://natseditions-livres.pswebshop.com/home/19-helia-meldyn-t1-la-fille-du-vent-9783958580367.html* Parmi tous les personnages que tu as créés quel est celui que tu préfères ? Pourquoi ? 
Han !! C’est très difficile de faire un choix car il existe vraiment énormément de personnages dans Helia Meldyn. Bien sûr, j’adore le personnage de Helia que je voulais à la fois fort et sensible, l’humour ravageur de Haden, le côté mystérieux d’Yba, le sérieux de Varlen, l’entrain de Ziwia, le calme serein de Ryth… Il y a deux personnages dans le tome 2 qui font partie de mon top 10 : il s’agit d’Ombre, un ancien voleur, et de Yedrisekan, le frère du roi de Serejen. Mais si je devais choisir un seul personnage, mon dieu que c’est compliqué, je dirais… Shiry. On le découvre rapidement dans le tome 1, et je suis sûre que beaucoup de lecteurs ont rapidement oublié son existence au cours de leur lecture. Je n’en parle pas beaucoup, il est assez discret comme personnage. Je ne peux pas dire pourquoi je l’adore sans spoiler, alors je dirais simplement que c’est un personnage très complexe. Il est l’un des fils conducteurs de la saga.

* Si tu devais définir ton personnage principal en cinq qualités et cinq défauts ? 
Helia est quelqu’un de généreux, elle ira toujours aider ses amis s’ils rencontrent des problèmes. C’est aussi une jeune fille enthousiaste et curieuse, ce qui lui vaut parfois de s’attirer quelques ennuis. Elle est aussi sensible et pleine de sang-froid, heureusement ! Concernant les défauts, on ne va pas se le cacher, elle en a quelques-uns. Déjà, elle n’aime pas lire, ce qui lui vaut d’être aussi un peu ignorante sur certains sujets. Mais elle va s’améliorer au fil des tomes, vous verrez. Elle se montre parfois indécise, surtout concernant son avenir. Elle ne sait pas vraiment où est sa place, ce qu’elle veut faire plus tard. Elle se met rarement en colère et, ça, c’est quand même un petit défaut. Son manque d’assurance joue aussi contre elle, mais elle aura le temps d’évoluer au cours de la saga.

* Comment t’est venue l’idée de cette histoire ? 
http://natseditions-livres.pswebshop.com/home/97-helia-meldyn-t2-la-conspiration-du-desert--9783958581005.htmlLes idées sont venues au fur et à mesure. J’en avais marre des fantasy qui se ressemblaient toutes avec les composantes nains/elfes/élu/grand méchant. J’avais envie de créer mon propre monde, loin de tous ces clichés, et sans m’imposer de limites. J’ai donc d’abord créé l’univers de Helia, la carte, les caractéristiques du monde (les marcheurs, les minimials) et puis j’ai entamé le premier tome. Je ne savais pas qu’il y en aurait d’autres par la suite. C’est à la fin de ce premier opus que les idées pour les suivants sont venues et que j’ai dressé l’ensemble du scénario de la saga. Et ça m’a obligée à modifier certains passages du tome 1 qui peuvent paraître insignifiants, mais qui trouveront tout leur sens plus tard. Soyez attentifs !

* Tu es terriblement sadique avec tes personnages dans ce tome, tu leur as réservé un certain nombre de surprises. Es-tu impatiente de savoir ce que penseront tes lecteurs de tous ces secrets ? 
Ahah ! Mes personnages doivent relever les défis que je leur envoie, sinon ils ne mériteraient pas leur place parmi les protagonistes. Si, dans le tome 1, la plupart des surprises sont réservées à Helia uniquement, ça va changer dès le tome 2 ! La fille du vent (tome 1) est un roman introductif et je souhaitais bien poser le décor avant de développer chacun des personnages principaux. Le lecteur a appris à les connaître un peu, mais il va véritablement les découvrir à partir du tome 2. Le point de vue du roman ne sera plus centré sur Helia. Et du coup, je suis impatiente de savoir ce que les lecteurs penseront de toutes ces évolutions. Est-ce qu’ils préféraient quand Helia était le noyau du livre ? Ou préfèrent-ils suivre plusieurs personnages parallèlement ? Il y aura de plus en plus de point de vue au fil des tomes, une plus grande richesse de personnages. En fait, j’ai hâte de pourvoir faire un classement de popularité de mes personnages !

* Lorsque tu as commencé à écrire Helia Meldyn, avais-tu déjà une idée générale concernant la saga entière, ou les idées sont-elles venues petit à petit ? 
J’ai commencé à écrire le premier tome sans trop savoir vers quoi je me dirigeais. J’avais une bonne idée de la trame principale. Et puis, au fur et à mesure, les idées ont émergé, j’ai créé des trames annexes, de nouveaux personnages. Et à chaque fois que je terminais un tome, j’avais de nouvelles idées annexes pour le suivant, tout en suivant ma trame principale. Parfois, j’ai effectué de gros changements, ce qui m’a forcée à revenir sur les tomes précédents. Je n’ai soumis ce texte aux éditeurs qu’une fois la saga terminée. J’ai horreur des incohérences entre les tomes parce que l’auteur a mal dressé son scénario, qu’il a édité le 1 avant d’écrire le 2.

Ziwia Maelm Varlen Na Tsara 

* Certaines chroniqueuses ont évoqué un aspect un peu "Harry Potter" dans ta saga. Est-ce volontaire ? Cet univers t’a-t-il un peu inspirée ? En es-tu flattée ? 
Ce n’est pas volontaire de ma part, mais, effectivement, il y a plusieurs aspects qui font penser à Harry Potter. L’héroïne fréquente une école où elle a des amis. Elle vit des aventures dangereuses avec eux… Alors, oui, ça peut faire penser à Harry Potter et ça me fait plaisir que les gens pensent ça, si je pouvais rencontrer le même succès que J. K. Rowling ! Mais il faut aussi garder à l’esprit que Helia a seulement 15 ans, alors je préfère qu’elle soit dans une école qu’à vagabonder dans la nature ! Le monde de Helia Meldyn, même s’il sort tout droit de mon imagination, a des ressemblances avec notre monde actuel : les jeunes vont à l’école, il y a des jeux et des sports populaires (et des paris), des peuples qui ne s’entendent pas, des journaux (même people ^^ ). Bref, une fantasy moderne et pleine de dynamisme !

* Ce roman en trois mots ? 
Palpitant, Addictif, Mystérieux 


Portrait chinois 

• Un roman : Les aventuriers de la mer 
• Un auteur : Robin Hobb 
• Une citation : « Si tu veux savoir ce que vaut un homme, regarde donc comment il traite ses inférieurs, pas ses égaux » de Sirius Black, Harry Potter et la Coupe de Feu 
• Un personnage de roman (les tiens ou ceux d’autres livres) : Helia ! 
• Ton dernier livre lu : L’assassin Royal de Robin Hobb.


Questions en vrac 

* Lis-tu beaucoup ? Quels sont tes genres préférés ? 
Je lis de manière régulière, mais je ne suis pas une dingue de la lecture. Cela dépend aussi des périodes. Il peut m’arriver de ne pas lire pendant de longues semaines puis d’enchaîner plusieurs romans. Dans tous les cas, je lis essentiellement des lectures issues de la littérature de l’imaginaire : donc du fantastique et de la fantasy principalement. J’ai besoin de m’évader quand je bouquine ! Je lis aussi de manière occasionnelle des romans historiques comme j’aime beaucoup l’histoire.

* Quel style de roman ne pourrais-tu pas écrire ? 
Oulala ! Question très difficile. Je dirais la littérature blanche car ce n’est pas du tout ma tasse de thé. Lorsque j’écris, je m’évade en même temps que mes personnages. J’ai besoin d’aventures fabuleuses, de personnages aux destins incroyables, de laisser libre cours à toute mon imagination. Me fixer des limites pour être conforme à notre monde actuel m’empêcherait d’écrire. C’est justement le fait de pouvoir inventer tout ce que je désire qui me pousse à écrire.

* Mis à part l’écriture quelles sont tes autres passions ? 
J’aime bien lire, regarder des films et des séries TV. De temps en temps, je dessine, mais rien de très fabuleux.

* Appréhendes-tu le contact avec tes lecteurs ? 
Pas du tout. C’est toujours un plaisir de rencontrer des lecteurs sur les salons, quand ils viennent vous dire qu’ils ont acheté l’un de vos livres et qu’ils l’ont adoré. C’est toujours un moment intense. Je reçois aussi des mails de la part des lecteurs et lire leurs avis sur mes publications me donne le sourire pour le reste de la journée.

* Notre maison a beaucoup de partenariat avec des blogs et sites afin de faire connaître un maximum vos ouvrages. Comment vois-tu la « relation » avec les bloggeurs ? As-tu peur quand on te fait passer une chronique ? 
J’appréhende toujours la sortie d’un roman et les premières chroniques qui vont tomber. Est-ce que le public va apprécier cette nouvelle histoire ? Ou, dans le cas de Helia Meldyn, est-ce que le tome 2 sera encore plus réussi que le tome 1 ? Décevoir les lecteurs est bien la dernière chose dont j’ai envie ! Mais ce moment de stress qui précède la sortie d’un livre, je l’apprécie aussi énormément. C’est l’aboutissement de plusieurs mois de travail, on va enfin pouvoir tenir son livre sans ses mains ! C’est un peu magique ! Il est évident de nos jours que la relation avec les bloggeurs est très importante. Pour nous, auteurs, ce sont les bloggeurs qui nous font connaître sur la toile. C’est eux qui nous lancent dans notre carrière, en quelque sorte ! Alors, il ne faut surtout pas les négliger. Mon travail m’a permis de rencontrer de très nombreux bloggeurs et ça a été à chaque fois de très bons moments ! Certains sont même devenus très proches.

* Où te vois-tu dans dix ans ? 
Voyons voir… j’aurais 36 ans. Je me vois bien dans une belle maison avec deux ou trois enfants et mon chéri. Et si possible, avec plusieurs étagères de bibliothèques remplies par mes romans. Et j’espère un petit best-seller dans le tas ! Mais on verra bien !


* Si tes personnages pouvaient parler, que te diraient-ils ? 
Ils me remercieraient probablement, parce qu’après tout je leur ai donné la vie. Cependant, je sais très bien qu’ils s’empresseraient aussitôt de me maudire pour tous les événements, pas souvent joyeux, qui leur arrivent ! Mais au fond, ils comprendront que j’agis ainsi pour les rendre plus forts. À chaque problème qu’ils résolvent, ils grandissent.

* De nos jours, les réseaux sociaux sont incontournables. Les utilises-tu ? Es-tu active dessus ? 
Je n’utilise que Facebook même si j’ai aussi un compte twitter à l’abandon. J’essaie d’être aussi active que possible, mais c’est parfois difficile avec le boulot ou quand il n’y a pas de nouveautés depuis quelque temps. On va dire que j’ai des périodes de grosses activités et d’autres beaucoup plus calmes.

* Ton rêve le plus fou en tant qu’auteur ? 
Que mes livres soient adaptés en films !! Par de grands réalisateurs, ça va de soi !

* Veux-tu rajouter quelques mots ? 
Venez découvrir mes romans ! Merci à toi pour cette interview.



Du même auteur chez Nats Editions



 Et pour en savoir plus sur Hina, 
rendez-vous sur sa fiche blog ici